les conséquences psychologiques de l'IVG

Evoquer les conséquences psychologiques de l’avortement est complexe pour nos sociétés, car en faire même l’étude conduit les lecteurs à penser que la démarche proposée revient à remettre en cause le « droit » à l’avortement. Or, objectivement, sans ouvrir un nouveau débat, il convient d'être lucide sur les conséquenses de l'IVG et ne plus taire ce qui rélève d'un nouveau problème de santé publique.

L’INED affirme que 40% des femmes françaises auront recours à l’avortement dans leur vie.

Et malgré le fait que de nombreuses femmes sont concernées par cet acte, très peu témoignent de cette expérience douloureuse et sont capables d’en parler ouvertement : il est difficile d’évoquer cette souffrance, la culpabilité, le manque de l’enfant et le besoin de faire le deuil de l’enfant avorté.

S'appuyant sur de nombreuses études scientifiques, l'auteure de ce Dossier, évoque et décrit les différents symptômes possibles suite à un avortement. Nous remercions l’auteure et la revue de nous autoriser à la mettre à disposition de nos lecteurs.

La rédaction.

Cliquer ci dessous pour accéder à l'étude :

http://www.avortement.net/sites/default/files/fichiers-et-images/etudes-consq-psych-avortement.pdf

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *